Cinquième anniversaire de mariage

Madame, dans la longue et brillante série
Des bonheurs radieux que Dieu vous a donnés,
Vous avez, comme nous, des moments fortunés,
Plus ou moins caressants pour votre âme attendrie.

Or l’instant le plus beau ― minute, heure fleurie ! ―
Dont vos jours si sereins se voient illuminés,
C’est sans doute celui dont, vous me devinez,
Nous venons célébrer la mémoire chérie.

À cette occasion acceptez ce bouquet,
De roses l’on devrait couvrir votre parquet ;
Mais s’il fallait, ce soir, que l’on vous fît l’offrande

D’une fleur pour chacun des dons qu’on aime en vous,
Madame, nos bouquets, pour les contenir tous,
Jamais votre maison ne serait assez grande.

Louis FRECHETTE