L’ombre et le jour

Vois-tu la nuit qui se retire,
Vois-tu l’Orient qui se teint ?
Pleurs et sourire,
C’est le matin.

C’est d’un coté la brume épaisse,
De l’autre une blanche lueur ;
C’est la tristesse
Près du bonheur.

De notre union douce et sombre
Voilà l’image, ô mon amour !
Moi je suis l’ombre,
Et toi le jour.

Edouard TURQUETY